vendredi 23 novembre 2012

Auto-édition : Relectures et corrections

Relectures et corrections

Voilà un ordre qui n'est pas très logique ! Pourquoi parler des corrections  après avoir parlé des commentaires ?
Rappelons, pour le lecteur qui prend l'histoire en route que nous retraçons ici notre parcours.
Et pour ce qui est des corrections... Eh bien... Ne faites surtout, surtout, surtout, surtout,  (allez, un petit dernier!) surtout pas comme nous.
Sinon ? Et bien comme nous, vous vous en mordrez les doigts !

Mais qu'avons nous donc fait ?

Et bien tout simplement, nous n'avions pas assez relu nos textes !
Écrire avec un ordinateur génère, malgré les correcteurs d'orthographe, bien plus de fautes ou de coquilles qu'une écriture manuelle. Bien sûr Jacques a relu ses romans plusieurs fois, mais étonnamment, il est plus difficile de voir ses propres erreurs que celles des autres !

J'ai donc pris le relais. 
Et ce ne sont pas des minutes ou des heures qu'il aura fallu pour relire ces deux premiers romans, mais des journées, des soirées et des semaines entières !
Après une première relecture que je pensais être la bonne, il restait encore des erreurs ! Et pourtant, j'en ai corrigé des choses ! Mise en cohérence de l'histoire, mise en forme du texte, correction de coquilles et de fautes. Je pensais naïvement que j'avais tordu le cou à toutes les fautes ! Grossière erreur ! Car c'était sans compter que, emportée par l'intrigue, et par la longueur du texte, ma vigilance a eu de trop nombreuses failles.

J'ai donc dû recommencer ! Ce qui m'a encore permis de corriger beaucoup de choses.

A ce stade, 'Les Pierres Couchées' commençait à rencontrer un vif succès. D'où une grosse pression, une course contre la montre pour essayer de rendre nos textes irréprochables et de recharger sur Amazon des versions corrigées au fur et à mesure.
Et là ! Les premiers commentaires de lecteurs agacés (on peut les comprendre) par les fautes restantes sont tombés !

'On dirait que le texte n'a pas été relu !'

Vraiment décourageant après le temps que j'y avais déjà passé !  A ce stade, j'ai failli tout laisser tomber !

Heureusement pour nous, nous avons été sauvés de la déprime par une sympathique lectrice qui a fourni un gros travail de correction (si elle me lit, je pense qu'elle se reconnaîtra, et je la remercie encore !). Apportant un œil extérieur neuf, un esprit curieux et une maîtrise parfaite de la grammaire et de l'orthographe !

Face à notre désarroi, d'autres lecteurs nous ont également gentiment proposé de relire et corriger nos textes.

Je me suis aussi procuré un logiciel de correction d'orthographe plus performant que celui de Word (qui s'avère vraiment insuffisant pour ce type d'exercice). Si vous êtes intéressés par cette question, vous trouverez ici une étude comparative des trois logiciels de correction performants connus : Prolexis, Cordial et Antidote. 
 
Le résultat a été surprenant: chaque correcteur (logiciel compris) a trouvé des erreurs (parfois beaucoup), mais chacun, avec une vision différente, n'a pas forcément trouvé les mêmes que ses confrères. Doù l'intérêt de faire relire par des personnes différentes !

Enfin, après de longues heures de relecture, de prise en compte des diverses corrections, de fatigue et de stress, nos textes ont été corrigés !


Alors, quelle est la morale de tout ça ? Et quelle démarche faut-il adopter ?

  • La première, qui s'est imposée à nous après tout ce travail, c'est qu'il ne faut pas trop se presser pour publier son texte !
  • Certains auteurs font appel à un correcteur professionnel. Je pense que c'est une très bonne chose. Toutefois, pour un gros pavé comme 'Les Pierres Couchées', une telle solution nous aurait coûté 3000 euros minimum. Un peu cher pour un roman auto-édité ! Par ailleurs, je ne suis pas persuadée qu'un correcteur, tout professionnel qu'il soit, réussisse à corriger vraiment toutes les erreurs. J'ai pu le constater sur des ouvrages d'auteurs ayant eu recours à des correcteurs professionnels : il restait encore des fautes. Donc, ne vous dispensez pas de faire relire à d'autres !
  • Les auteurs  qui passent par un éditeur peuvent éviter ce genre de désagrément. Quoique... D'une part pour que votre texte soit accepté, il faut que le nombre d'erreurs restantes soit assez minime, et d'autre part, le passage par une correction professionnelle chez un éditeur ne suffit pas toujours pour éradiquer toutes les erreurs. Certains éditeurs se font régulièrement épingler par les commentaires des lecteurs sur Amazon. Idem ici ! Faites relire!

Pour les autres ? Et bien système D.
  •  Relisez régulièrement vos textes, mais pas d'une traite. Quelques pages par jour, afin de rester concentré sur les mots, et de ne pas se laisser emporter par l'histoire.
  • Investissez dans un correcteur d'orthographe performant (ou téléchargez une version de démo gratuite !) C'est cher, mais toujours moins qu'une correction réalisée par un professionnel. Et même s'il vous signale des erreurs qui n'en sont pas, il vous trouvera aussi la petite erreur oubliée au coin d'une phrase. Mais bien sûr, ce ne sera pas non plus suffisant. A éviter toutefois si vous êtes vraiment nul en orthographe, car vous risquez d'introduire plus d'erreurs que ce que vous corrigerez !
  • Révisez la grammaire, la conjugaison, l'orthographe, la ponctuation... en vous aidant en cela des nombreux guides trouvé sur le Net. Le français est une belle langue, mais une langue complexe pleine de subtilités.
Un exemple parmi une multitude d'autres:
Une poignée d'hommes attendaient.
La poignée d'hommes attendait.
La dizaine d'hommes attendaient.
C'est Sioux non ?

  •  Doutez de tout, et allez chercher confirmation auprès de sources sûres ! Cela vous permettra aussi d'apprendre.
  • Faites relire vos textes autour de vous, à un maximum de lecteurs. Certains lecteurs, pris dans l'histoire ne verront peut-être pas les fautes d'orthographe, mais ils détecteront les éventuelles coquilles et incohérences. D'autres, lorsqu'ils lisent un texte voient directement toutes les erreurs en rouge clignotant. Si vous connaissez de telles personnes, chouchoutez les ! Ce sont des alliés précieux !
Et si jamais vous êtes lecteur de ce type et que vous êtes en train de me lire, je me permets de vous suggérer de contacter les auteurs si jamais vous trouvez des erreurs dans leurs romans et de les leur signaler !!
Ils vous voueront une reconnaissance éternelle (enfin normalement... En tous les cas, c'est ce que je ferais moi !), et ils vous supplieront sûrement de lire (...et de corriger) toutes leurs œuvres en avant première, et gratuitement ! :)


Ici se termine mon intervention de ce jour. Alors... hum, hum... Pour le blog, je n'ai pas forcément appliqué tous les principes énoncés ci dessus. Donc il reste sûrement plein de fautes. J'espère que vous ne m'en tiendrez pas trop rigueur ! 

Merci d'en être arrivé jusqu'ici dans votre lecture !
La prochaine fois, je vous parlerai des interactions entre auteurs et lecteurs.

Ce billet vous a plu ? Retrouvez dans « Grimpez vers le top 100 » tous les billets déjà parus sur l’auto-édition, repris, mis à jour et remaniés, avec en plus de nombreuses rubriques supplémentaires.

Les autres rubriques de « Auto-édition : le parcours de Jacques Vandroux » : Retour au sommaire

8 commentaires:

  1. Toutes mes félicitations pour votre excellent travail et un grand merci pour le partage de votre expérience, grâce à vos explications claires et détaillées et une bonne note d'humour et d’auto-dérision pour nous raconter vos faux pas.
    Juste un petit bémol... le côté addictif de vos billets qui me fait attendre la suite avec impatience !
    En vous souhaitant que cette belle réussite se poursuive.

    Cordialement.
    Paul Laumar

    RépondreSupprimer
  2. Voilà un commentaire vraiment gentil et qui fait chaud au coeur! Un grand merci à vous!
    Si vous voulez être sûr de ne rien rater, n'hésitez pas à vous abonner (en haut à droite de la page)
    Saviez vous que votre livre 'Moi auto-entrepreneur je' était dans ma (très longue) liste de livres à lire? La présentation que vous en faites donne envie!
    A très bientôt alors... :-)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Non, je ne le savais pas et je vous en remercie ! Pour ma part, je viens de télécharger "Multiplication" en contre-partie d'une très très modeste "addition" et je le lirai très prochainement.
    Je vais également suivre votre conseil pour ne manquer aucun épisode du "feuilleton".
    Cordialement.
    Paul Laumar

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-) Merci, merci ! 'Les Pierres Couchées' a eu plus de succès,mais la longueur du texte peut faire peur!
      Vous m'avez fait craquer : j'ai téléchargé le votre aussi ! Je lorgnais dessus depuis que mon mari a été obligé de se déclarer auto-entrepreneur pour avoir le droit de payer les charges sociales sur les gains réalisés sur Amazon!

      Bien cordialement

      Supprimer
    2. Bonjour,
      Je vous en remercie et j'espère que vous trouverez le contenu aussi attrayant que l'emballage !
      J'apprends au passage que votre époux est auto-entrepreneur, alors si je peux me permettre, je vous recommande de faire très attention avec l'option conjoint-collaborateur car ce dispositif , en dehors de tous ses avantages que je défends par ailleurs, peut s'avérer très pénalisant pour les couples qui exercent une activité commune. Ce point est abordé dans le chapitre "2 ou 3 bémols" de mon livre et je ne veux pas prendre trop de place sur votre Blog pour traiter ce sujet, mais sachez que le " S.A.V." de "Moi, Auto-entrepreneur, je..." est à votre disposition !
      Plus sérieusement, c'est avec grand plaisir que je tacherai de répondre par échange d'e-mails aux interrogations que vous pourriez avoir sur le sujet.
      Pour "Les Pierres Couchées", je vais le glisser sur l'une des étagères de ma bibliothèque numérique et dès que je disposerai d'un peu plus de temps, je me lancerai dans sa lecture (si seulement je pouvais avoir le don d'ubiquité de votre héros de "Multiplication").
      Bonne journée.
      Paul Laumar

      Supprimer
    3. C'est vrai que ça peut avoir des aspects pratiques d'être comme Christophe ! D'ailleurs, il s'en rend compte assez vite :-)
      Merci de votre proposition d'aide. Nous ne manquerons pas de faire appel à vous si nous avons des questions.
      Bien Cordialement

      Jacques Vandroux

      Supprimer
  4. Bonjour,

    J'arrive un peu en retard sur ce billet, mais mieux vaut tard que jamais.

    Merci pour le conseil de relire passage par passage. Je pensais faire une relecture globale de mon récit, mais en attendant le retour de lecteurs ce peut en effet être une bonne idée que de faire une chasse aux fautes à plus petite échelle et à plus grande régularité. Moi qui n'aime effectivement pas trouver des fautes dans un livre quand je lis, se retrouver de l'autre côté de la barrière est une jolie ironie.

    Bonne continuation dans le blog et dans les romans!

    Dorian Lake

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait dire que c'est un billet intemporel, car le travail de relecture recommence avec chaque nouveau roman.
      Bonne chasse en tout cas.
      D'autres auteurs utilisent un autre truc: ils lisent le livre à l'envers, en commençant par les derniers chapitres, ce qui évite également de se laisser emporter par l'histoire.
      Bonne continuation à vous aussi.
      J-Line

      Supprimer