samedi 2 février 2013

Auto-édition : Publier sur iTunes, Kobo ou FNAC... du travail en perspective !

Publier sur IBookstore, Kobo, FNAC...

------------------ Petite page de pub ----------------
Une fois n’est pas coutume, et rassurez vous, ce sera sûrement la dernière fois, je vais débuter mon propos par une légère digression.
Grâce à quelques alertes Google que j’ai mises en place, je suis tombée hier sur un site qui propose des conseils, du coaching et des formations pour s’auto-éditer. 
  • Une journée pour la modique (!) somme de 300 euros pour apprendre à connaître les plateformes, savoir ce qu’est une liseuse ou une tablette, connaître (et savoir créer ?) les différents formats numériques, ainsi que quelques informations juridiques et fiscales
  • Une autre journée est proposée, pour apprendre à gérer un blog ou un site, à assurer sa promotion, et à communiquer avec les lecteurs (et les auteurs).
Ce genre de formation pourra certainement intéresser un auteur peu enclin à perdre des heures sur internet à dénicher de précieuses informations parmi d’autres moins intéressantes, comme j’ai pu le faire ces derniers mois.
J’en conclus donc une chose qui ne m’était pas forcément apparue de manière évidente, mais qui flatte mon ego (ça fait du bien de temps en temps) : je pourrais monnayer les informations que je vous diffuse ici gratuitement (si tant est que vous apprenez effectivement des choses !). Rassurez-vous, je ne le ferai pas, car c’est avec plaisir que je partage ces informations avec vous, et les anecdotes de nos débuts sur la toile. En plus, en faisant cela gratuitement, cela me permet plus de liberté, puisque je n’ai pas d’autre obligation de résultat que celle de vous informer ou de vous amuser, et cela me convient parfaitement !

**** Début du message subliminal ****
Si par contre, les livres de Jacques Vandroux correspondent à un style de livre que vous aimez lire ou que vous avez envie de découvrir, alors, foncez ! 
Lisez-les ! 
Et/Ou parlez-en autour de vous !
Et si jamais ils vous plaisent, faites-nous un commentaire sympa, ce qui nous rendra plus visibles (par contre, si vous n’avez pas aimé, surtout ne faites rien !). 
Ça ne vous coûtera pas bien cher, mais vous fera juste passer un agréable moment de lecture (enfin j’espère !), et cela nous rendra service.
**** Fin du message subliminal ****
----------------- Fin de la petite page de pub ---------------

Voilà, revenons à nos moutons !! Promis, je le ferai plus !
À ce stade de mes explications, vous savez déjà beaucoup de choses sur la publication sur Amazon.
Mais, même si Amazon représente encore la plus grosse proportion des ventes, même si Amazon, avec son programme KDP select, vous facilite la promotion de votre livre, et même si techniquement, il est assez simple de charger votre ouvrage sur Amazon, vous serez peut-être tentés de voir apparaître l’œuvre de votre vie dans d’autres librairies numériques.
Elles sont nombreuses ! 
  • L’IBookstore d’Apple, 
  • Kobo, qui vous permettra d’être lu par les acheteurs de liseuses Kobo, et d’être présent dans cette enseigne nationale qu’est la FNAC (quelle fierté, lorsque vous y trouvez votre livre et votre nom !)
  • Mais aussi les librairies classiques, telles que Decitre, Cultura ou Chapitre
  • Les plateformes qui se lancent dans la lecture numérique : Google Play, Orange Read and Go...
  • D’autres plateformes ou blogs sur lesquels vous pouvez acheter des livres : Youscribe, ePagine...
  • Sans parler de celles vendant des livres francophones, mais à l’étranger.
Si vous souhaitez élargir votre offre, tout en restant un auteur auto-édité, il va donc falloir retrousser vos manches. 
  • D’autant plus que, contrairement à Amazon où, comme nous l’avons vu, une maîtrise de Word peut suffire, là, il va vous falloir apprendre à créer des fichiers irréprochables au format adapté pour chacune des plateformes, chacune pouvant avoir ses spécificités.
  •  Pour peu que vos livres soient vendus aux États-Unis, ou seulement sur l’IBookstore, il va vous falloir batailler avec le fisc américain pour obtenir le numéro magique, qui vous évitera de vous faire ponctionner encore 30 % de vos revenus par le trésor de l’administration de Monsieur Obama. (Ce dernier point, j’y reviendrai dans une rubrique ultérieure).
  • Et puis, bien sûr, il vous faudra maîtriser un minimum d’anglais, car toutes les plateformes ne se sont pas adaptées à la langue de Molière. 
Par ailleurs, nous avons pu constater que publier sur une autre plateforme, c’est bien, mais il faut aussi assurer un suivi, car les mésaventures ne sont pas rares, et j’ai cru comprendre que certains sites posaient des problèmes récurrents.
Entre :
  • Les couvertures du  livre qui n’apparaissent plus 
  • Des livres qui comme par magie disparaissent du catalogue
  • Des livres qui ne sont pas classés dans les bonnes catégories
  • Les paiements qui n’arrivent pas en temps et en heure, voire jamais
Cela fait beaucoup de choses à gérer, et moins de temps à consacrer à des tâches plus créatives, comme celle de l’écriture par exemple.
Surtout que cela fait finalement beaucoup de travail pour un nombre de ventes qui reste (sauf exception) en général bien inférieur à celui d’Amazon.
Pauline Doudelet en a fait l’expérience et en parle avec un peu d’énervement dans son blog.

Bref, après avoir passé déjà beaucoup de temps (un bel euphémisme !)
  • sur la publication de nos livres sur Amazon,  
  • sur nos observations et nos lectures pour mieux comprendre l’auto-édition,
  • sur la création et l’alimentation de ce blog que vous êtes en train de lire, 
  • sur la découverte et la compréhension des différents aspects juridiques et légaux
  • sur la découverte des autres plateformes d’édition
  • sur une « veille technologique » de ce qui se dit et se fait sur l’auto-édition
  • sur nos échanges passionnants avec d’autres auteurs ou avec des lecteurs
  • sur la création d’une version papier de nos romans
et bien sûr 
  • sur l’avancée du prochain roman, 
  • sur ses nombreuses relectures et corrections, 
J’avoue que ces aspects-là ne nous tentaient pas trop. 
Nous avions très envie d’être publiés sur d’autres plateformes, mais nous ne voulions pas multiplier les contraintes, même si, il faut bien le dire, rien n’est infaisable, il « suffit » d’apprendre, et une fois qu’on sait, tout va beaucoup plus vite.
Malgré tout, le temps n’est pas une grandeur élastique : bien que nous soyons deux, ce qui nous facilite tout de même drôlement la tâche (d’ailleurs, je me demande comment font la plupart des auteurs qui font tout tous seuls !), nous avons aussi une vie de famille à mener, d’autres activités, et surtout, ne l’oublions pas, un autre métier (celui qui nous nourri) et nous avons préféré nous mettre en quête d’une personne ou d’une structure qui ferait cela pour nous.

Dans la mesure où nous étions déjà auto-publiés sur Amazon, et que nous n’avions pas envie de lâcher notre « bébé », cela réduisait le champ des possibilités. 

C’est donc vers Syllabaire Editions que nous nous sommes tournés, et c’est de cette maison d’édition dont je vous parlerai la prochaine fois. 
Puis, la fois suivante, je vous parlerai de solutions alternatives, si de votre côté, vous préférez continuer à tout faire vous même. 

À très bientôt donc...

Ce billet vous a plu ? Retrouvez dans « Grimpez vers le top 100 » tous les billets déjà parus sur l’auto-édition, repris, mis à jour et remaniés, avec en plus de nombreuses rubriques supplémentaires.

Les autres rubriques de « Auto-édition : le parcours de Jacques Vandroux » : Retour au sommaire

10 commentaires:

  1. Merci les Vandroux !

    Personnellement, je n'ai même pas mis un doigt dans l'engrenage complexe des autres plateformes (sauf un passage rapide chez Smashwords). Amazon est simple et efficace, surtout quand on est seul pour porter toutes les casquettes. ;)

    C'est vrai que si, du jour au lendemain, KDP changeait les taux de redevances par exemple, ce serait difficile pour moi.

    Par contre, pour ce qui est de monétiser ses connaissances, je le fais également dans ma formation Cloudbraining. Mais contrairement à ce qu'on pourrait penser, c'est du boulot... aussi ! ;)

    D'ailleurs, plusieurs "élèves" de la "promo" 2012 ont sortis leur ebook dont un que tu as dû voir passer (sans le savoir) dans les toutes premières places du classement. Ça fait plaisir ! :)

    PS : Tu pourrais mettre ensemble tous tes billets sur le sujet et les vendre sous forme d'ebook ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jean-Philippe.
      Aucun doute sur le fait que transmettre ses connaissances, ça prend du temps, et si on veut en vivre, il faut bien sûr se faire payer, tout comme un prof de maths ou d'anglais... (ou autre matière, je ne veux pas faire de jaloux!). Donc nous, dans un premier temps, si on nous paie en sympathie, en commentaires ou en achat de livre, on sera content, et tout le monde y gagne.
      Pour ce qui est de tes 'élèves', j'en ai vu passer l'un ou l'autre (un livre sur la méditation entre autre non?), et je vois qu'ils sont bien coachés! :)
      Après, pour ce qui est de regrouper tous mes billets, j'avoue y avoir pensé. Quand tout le 'parcours' sera terminé, mettre toutes ces infos sous forme d'ebook sera tout de même bien plus exigeant que de les laisser sous forme de blog. Mais pourquoi pas...

      Par contre, j'avais lu un jour sur le forum KDP anglais, qu'Amazon utilisait des robots qui vérifient automatiquement si le contenu des livres publiés par Amazon n’apparaissent pas ailleurs. Autrement dit l'auteur a-t-il plagié le contenu de ses bouquins. Avec le risque au cas où le 'robot' trouve quelque chose, et que l'auteur n'ait pas de preuve formelle que tout vient de lui, de fermeture pure et simple du compte KDP. J'avoue que ça fait réfléchir !! Que peut on bien fournir comme preuve pour un blog ? As tu été confronté à ça toi-même?

      Supprimer
    2. Non, je n'ai pas eu ce souci. En plus comme Cloudbraining est une plateforme privée, les robots d'Amazon n'y ont pas accès.

      Sinon, rassembler des billets en un ebook est tout à fait possible à partir d'un blog public, il suffit de rajouter une intro (ce qui me parait en plus obligatoire, une conclusion et de retravailler les enchainements de chapitres. Amazon n'y voit aucun mal.

      Et je parle d’expérience. ;)

      Supprimer
  2. Bonsoir,
    Toujours beaucoup de plaisirs à venir lire tes articles Jacques. Et à visiter ton blog.
    Et je dirais pourquoi dans un prochain article du site "Auto-Edition".

    RépondreSupprimer
  3. Merci Bruno, il me tarde donc de lire ton prochain article :)

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir,

    Allez, je livre donc mon obole en un commentaire! ;-)

    Je confirme que c'est plutôt le parcours du combattant. Via Kobo, c'était compliqué avant leur nouvelle plateforme, le Kobo Life Writing. Et encore, on n'apparaît même pas dans la boutique de la FNAC en dépit d'une demande en bonne et due forme. J'ai tenté Smashwords et Xinxii pour apparaître sur la FNAC sans succès non plus. Quant à Lulu, je viens de m’apercevoir en mettant mes livres à jour que ce site ne permet plus la diffusion via l'iBookstore depuis la mi-janvier. Et une galère de plus pour retourner sur l'iBookstore, cela m'apprendra à mettre à jour mes romans aussi!

    D'autres ne m'ont jamais répondu, comme Immateriel par exemple. Du coup, je me suis arrêté ici sans même essayer les autres (Decitre, Cultura, Chapitre, Google Play, Orange Read, Youscribe, ePagin...), mais j'ai cru de toute façon comprendre que certaines plateformes comme Google Play ne prenaient pas les auto-édités.

    Et je confirme le diagnostic de Jacques(line) comme quoi il faut sacrément se retrousser les manches. On a clairement l'impression de se battre contre des moulins à vent parfois. En outre, lorsque les ventes sont marginales, on risque de ne jamais voir les paiements, car ils sont souvent conditionnés à une somme mini, pas forcément facile à atteindre sur toutes les plateformes.

    J'ai donc hâte de voir la suite de cet article qui présentera votre solution.

    A la semaine prochaine donc. :-)

    RépondreSupprimer
  5. Merci Nicolas, vous faites effectivement partie des 'bons payeurs' :) avec vos différents commentaires ici ou sur Amazon et les nombreux échanges que nous avons eus !!
    Malheureusement, vous risquez d'être un peu déçu la prochaine fois, car ce qui a fonctionné pour nous ne marchera plus forcément pour les autres, mais je ne veux pas déflorer le sujet à l'avance.
    Pour ce qui est d'Immateriel, avez vous juste envoyé un mail ou avez vous tenté de créer un compte? Pour ce qui me concerne, ils n'ont pas répondu non plus à des mails que je leur ai envoyés.

    RépondreSupprimer
  6. Mais de rien.
    J'avais bien cru comprendre que la solution miracle ne l'était qu'en partie. Pour immatériel, j'avais juste envoyé un courriel, en suivant les conseils d'Alain Lefebvre: http://www.alain-lefebvre.com/it/publier-un-ebook-la-demarche-et-les-outils/. Après, je n'ai pas insisté plus que cela vu que j'étais déjà bien occupé entre Kobo, Smashwords et Lulu. J'aurais peut-être dû!

    A la semaine prochaine donc.

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir jacques. J'ai essayé plusieurs fois une inscription sur KOBO, mais ils refusent. Peut être sont-ils saturés ? je clique sur s'inscrire+Email+mot de passe mais rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mickaël,
      Bien que pas vraiment spécialiste de Kobo, je vais tenter une réponse. Lorsque vous êtes sur le site, j'imagine que vous cliquez sur longlet en haut à gauche 'sinscrire'. Apparaît alors une fenêtre intitulée 'Se connecter à Kobo avec…' Mais si vous regardez à gauche de la fenêtre, vous voyez que c'est 'Mon compte Fnac ' qui est sélectionné. Il faut donc cliquer à gauche sur 'Mon compte Kobo'. La partie à droite change alors légèrement, et sous le titre, vous verrez ceci 'Vous êtes nouveau (nouvelle)? Inscrivez vous ici' Vous cliquez là dessus. Vous devrez rentrer un email, un mot de passe, puis sa confirmation, cocher la case comme quoi vous acceptez les conditions d'utilisation, puis, en bas à droite, cliquer sur 'continuer'. Et après... Eh bien je ne peux plus rien pour vous :)
      J'espère que votre opération d'inscription fonctionnera. Sinon, sur la page de présentation de Kobo, il y a un onglet d'aide grâce auquel vous pourrez peut être trouver des réponses.
      Allez, ça va marcher, c'est sûr :)

      Supprimer