samedi 11 octobre 2014

KDP Select or not KDP Select ?


CCO public domain Geralt Pixabay

Un petit sujet de fond aujourd'hui ! Revenons aux fondamentaux !

La question que nous allons examiner aujourd’hui est la suivante : faut-il ou non donner l’exclusivité de ses titres à KDP ? 
Autrement dit : faut-il ou non adhérer au programme KDP Select ?

Une question difficile dont la réponse n’est pas immuable et dépendra du type de livre que vous écrivez, de la date de sortie du livre, de votre notoriété, et de sans doute bien d’autres critères que je n’ai pas encore identifiés.

Petite mise au point avant de commencer, car j’ai vu que de nombreux auteurs faisaient l’amalgame entre ces deux choses :
  • KDP pour Kindle Direct Publishing est la plateforme d’autopublication d’Amazon sur laquelle vous publiez peut-être vos livres.
  • KDP Select est le programme d’exclusivité auquel les auteurs peuvent souscrire pour une durée de trois mois renouvelables.
Attention donc, lorsque vous utilisez ces acronymes, de choisir le bon !

Souscrire au programme KDP Select vous interdit de publier la version numérique de votre livre ailleurs que sur Amazon. Pour la version papier par contre, si vous en avez une, vous faites ce que vous voulez !
Attention, ne souscrivez pas à ce programme tout en publiant ailleurs en vous disant qu’Amazon n’y verra que du feu.  
Des contrôles sont réalisés et les auteurs contrevenants sont rappelés à l’ordre. La sanction finale étant la suppression de votre compte et donc l’impossibilité de publier sur Amazon, ce qui serait quand même dommage.
Je ne sais pas si des auteurs ont déjà subi la punition suprême en France.

Voyons maintenant ce qu’Amazon vous propose en échange de cette exclusivité, car il faut bien une compensation à ce sacrifice non ?

 
5 jours de gratuité.
Tous les trois mois, vous pourrez, mais il n’y a aucune obligation, proposer votre livre gratuitement sur Amazon.

Quel intérêt ? Si la gratuité a pu être intéressante par le passé, elle l’est moins maintenant, mais permet tout de même de regagner quelques places dans le classement. Je m'explique :
Un grand nombre de téléchargements gratuits fera, pendant les jours de gratuité, monter votre livre dans le classement des meilleures ventes de livres GRATUITS. Pour le plus grand désappointement des auteurs, qui souvent pensent que ça n’aura servi à rien, dès que le livre redevient payant, ce classement chute à nouveau, souvent de manière vertigineuse, pour retomber dans le classement des livres payants.  
Un « achat » de livre gratuit ne compte en effet pas comme une vente.

Toutefois, vous aurez peut-être remarqué, que, sur votre liseuse (ou votre PC), lorsque vous vous promenez dans les catégories de livres, ceux-ci sont rangés par popularité et non par classement. Un grand nombre de téléchargements donnera donc à votre livre une grande popularité, et il deviendra visible dans les différentes catégories de livres, incitant peut-être les lecteurs à l’acheter.
L’effet bénéfique de la gratuité est donc seulement indirect, mais n’est pas à négliger et peut générer quelques ventes.

N’ayez pas trop d’illusions toutefois sur ces lecteurs de livres gratuits. Souvent, le livre est « acheté » pour profiter de l’aubaine, puis remisé au fond de sa liseuse pour le jour où, et n’est jamais lu... N’espérez donc pas de nombreux commentaires de lecteurs inconnus suite à des jours de gratuité.

De même, ne croyez pas que si vous proposez un livre gratuit, le lecteur sera moins exigeant, notamment sur le formatage et l’orthographe : vous seriez surpris de lire certains commentaires virulents pour des livres gratuits contenant des fautes ! Un livre gratuit doit avoir la même qualité que les livres payants : pas de fautes, un formatage impeccable.

Par ailleurs, certains lecteurs de gratuits lisent quand même ces livres. Et lisent des livres qu’ils n’auraient pas acheté s’ils avaient dû les payer... tout simplement parce qu’ils n’apprécient pas le type de littérature concernée. Et alors là, l’effet pervers du gratuit vous revient en pleine figure : des commentaires désagréables, parce que le lecteur n’aime pas le genre de littérature que vous écrivez.

Bref, vous l’aurez compris, il y a à prendre et à laisser dans le gratuit, toujours est-il qu’avec KDP Select, vous pourrez proposer votre livre gratuitement durant 5 jours, et ce renouvelable tous les 3 mois.

 
Kindle Countdown Deal
Autre possibilité avec KDP Select : pouvoir faire des promotions sur vos livres, qui soient rendues visibles directement sur le site d’Amazon.
Cette possibilité est réduite pour le moment aux plateformes américaines et anglaises, et peut donc être parfaite si vous voulez lancer un livre en anglais.
Vous pourrez lire à ce sujet deux articles que j’ai écrits précédemment dans ce blog :



KOLL
KOLL pour Kindle Online Lending Library, c’est à dire la librairie en ligne Kindle, qui permet à tous les lecteurs ayant le statut Amazon Premium (un abonnement annuel qui permet, entre autres, des frais et des délais de livraison réduits) d’emprunter gratuitement un livre chaque mois.
Pour chacun de ces emprunts, l’auteur perçoit une rétribution. Cette rétribution, variable chaque mois, mais de l’ordre de 1.5 euro ne dépend pas du livre, si bien qu’un livre vendu à 99 centimes rapportera plus en étant emprunté qu'en étant vendu. Par contre, si vous vendez vos livres à 5 euros, un emprunt vous rapportera moins qu’une vente.
Par ailleurs, et c’est là le plus intéressant, chaque emprunt compte comme une vente pour le classement de votre livre. Ainsi, entre deux livres au succès identique, celui qui pourra être emprunté montera plus haut dans le classement des ventes... et finira par avoir plus de succès.

 
KU
KU pour Kindle Unlimited, qui permet aux lecteurs, moyennant un abonnement mensuel, de lire à volonté les livres éligibles à KU, et ce, jusqu’à dix livres en même temps. Ce système a été lancé aux États-Unis, puis, plus récemment sur les plateformes anglaises et allemandes et sans doute un jour en France.

Chaque livre téléchargé et lu à plus de 10 % rapporte à l’auteur le même montant qu’un emprunt sur KOLL, et compte aussi comme une vente.
Encore un moyen de faire la différence avec d’autres ouvrages que le vôtre au succès équivalent.

 
Voilà, je pense avoir fait le tour des avantages de KDP Select, et je n’ai toujours pas répondu à la question initiale. Et en fait, je pense qu’il n’y a pas de réponse figée :
  • Si vous estimez que votre livre doit pouvoir être disponible partout, quelle que soit la plateforme, la réponse est bien évidemment : NON, pas d’exclusivité ! Assurez-vous dans ce cas d’avoir d’autres moyens pour rendre vos livres visibles que ceux offerts par KDP Select.


  • Si vous avez toujours bien vendu, voire mieux vendu ailleurs que sur KDP, la réponse est NON aussi. Il s’agit cependant d’une minorité d’auteurs. Amazon restant, et de loin, la plateforme sur laquelle les auteurs indépendants vendent le mieux !

  • Si vous débutez, que vous ne connaissez personne et que vous n’avez aucun réseau, là, je dirais OUI, sans hésiter, avec pourquoi pas quelques jours de gratuité pour tenter de lancer votre livre.

  • Vous vous dites que de toute façon Amazon vous offre des opportunités que vous n’aurez pas ailleurs, et vous n’avez pas envie de vous compliquer la vie en multipliant les plateformes de publication. Alors, OUI, évidemment, exclusivité ! 

  • Si vous lancez un nouveau titre après d’autres qui ont pas mal marché, et voulez le voir monter dans le top 100, OUI aussi, car les locations feront sans nul doute une différence importante dans le classement, vous permettant de monter plus vite, plus haut, et plus longtemps. Et rien ne vous empêche, une fois le succès passé, après 3 , 6 , 9... mois d’aller publier ailleurs également

Et enfin... pourquoi ne pas avoir à la fois des titres en exclusivité et d’autres sur les autres plateformes, quitte à les intervertir de temps à autre pour profiter, à tour de rôle pour chaque titre, des avantages KDP Select. Au moment d’une offre promotionnelle par exemple.

Voilà, comme vous le voyez, pas de réponse figée. Faites comme nous vos propres expériences et n’hésitez pas à nous en faire profiter !

A bientôt pour de nouvelles aventures
Jacques-Line Vandroux

4 commentaires:

  1. Bonjour,

    Merci pour ce billet, qui offre une perspective française sur le problème épineux de l'exclusivité. Reste une question : Amazon France a-t-il conservé l'ancien algorithme, qui accorde une visibilité accrue (liste de popularité) aux livres gratuits bien diffusés, ou bien est-il passé à l'algorithme américain, moins généreux ?

    En tout cas, bravo pour votre blog, meilleure source d'information française sur l'autoédition.

    Guy Morant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Guy, et merci pour le compliment. :)
      Je pense, à moins que cela ait changé récemment, que l'algorithme Amazon reste favorable à ceux dont les livres ont été beaucoup téléchargés, mais si certains ont plus d'info sur la question, n'hésitez pas à partager...

      Supprimer
  2. Après un an et demi de recul... je reste dubitatif sur l'intérêt de KDP Select d'autant plus qu'Amazon ne communique guère sur les promotions des livres gratuits (je conçois que je Jeff Bezos est avant tout intéressé par des ventes effectives)... ;-)
    Aussi, afin de pouvoir apparaître ailleurs que Amazon, où la visibilité n'est pas terrible car noyé dnas la masse, j'apprécierais de pouvoir commencer une alternance d'exclusivité et de non exclusivité de mes divers ebooks. Devant les recommandations insistantes d'une amie, je viens d'inscrire un recueil de nouvelles sur les Éditions du Net, en participant à la Journée du Manuscrit. Et je souhaite donc enlever l'exclusivité à Amazon pour la version numérique... est-ce que de passer du choix de royalties de 70 % à 35 % suffit à le désengager de KDP Select ? Cela, pour éviter d'être pénalisé par Amazon pour non-respect des clauses du contrat KDP.... et pour un prix différent entre les deux plateformes de vente en ligne... coolwriter[at]free.fr

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Patrick,
    Avec KDP sélect, on s'engage pour trois mois renouvelables. Donc pour quitter cet engagement, il faut attendre la date de fin du contrat. Baisser le pourcentage de redevance n'a rien à voir avec l'affaire.

    RépondreSupprimer