mercredi 21 octobre 2020

Grimpez vers le top 100 : c'est fini !


 

Et voilà !
Après une première version de ce livre publiée en 2013, puis une nouvelle version revue, corrigée et très très largement complétée en 2016, il était temps de prendre une décision.

Deux solutions possibles : soit prévoir une mise à jour de ce titre, soit le retirer de la vente.

Il y en aurait des choses à compléter ou à modifier depuis 2016 !

Les aspects administratifs changent, avec, entre autres, la prise en compte des auteurs autoédités par l’AGESSA à partir du premier janvier 2021 !
Quel temps et quelle énergie nous aurions gagné si cela avait été le cas dès 2012. Mais attention aussi à l’arrivée des RGPD (règle pour la protection des données), pour peu que vous ayez une mailing-list ou un blog.

Je pourrais vous parler aussi de notre petite expérience du monde de l’édition et des clauses du contrat auxquelles il faut être vigilant.

Je pourrais faire un point sur toutes les prestations possibles qui peuvent faciliter la vie de l’autoédité débutant. Entre :

  • le programme Kobo-Bookelis, qui vous permet de rendre disponible une version papier de votre livre dans toutes les librairies à un prix très raisonnable, 
  • les pépites de Bookelis, qui permettent de faire la même chose, mais gratuitement, 
  • la plateforme Librinova qui pourra vous aider à chercher (et peut être à trouver) un éditeur, 
  • la plateforme Createspace qui a migré vers KDP pour vos versions papier sur Amazon,
  • la possibilité de faire ses propres livres audio...

Je pourrais vous parler de l’évolution de KDP, qui est passé d’une startup avec des interlocuteurs proches des auteurs, à une structure beaucoup plus impersonnelle.

Je pourrais aussi vous montrer l’évolution du prix à la page lue au fil du temps sur Amazon pour ceux qui sont sur KDP Select. Allez... ça, je peux le faire ! J’ai les éléments sous le coude ! Comme vous pouvez le voir, ça ne va pas dans le bon sens... et ce n’est sans doute pas terminé.


Nous pourrions échanger aussi sur les aspects marketing, avec le site SimplementPro qui facilite l’obtention de commentaires et de chroniques, ou la pub payante accessible aux auteurs sur KDP.

Nous pourrions épiloguer sur la baisse très significative des ventes depuis l’arrivée du prime sur Amazon... et du bénéfice qu’il peut y avoir à publier également sur Kobo...

Bref, il y a largement de quoi faire pour une version 2020 de ce titre.

Mais après avoir aidé (du moins je l’espère !) les 1670 auteurs qui se sont procuré ce livre... dont certains sont désormais des auteurs reconnus dans le petit monde de l’édition, il est temps pour moi de tirer ma révérence et de penser plutôt à nos propres projets...

De nombreux autres auteurs ont pris le relais pour conseiller les nouveaux venus dans l'autoédition, et les blogs sur l’autoédition ont fleuri depuis que j’ai créé celui-ci.
Quant aux groupes d’entraide sur Facebook, il y en a de très bien où les auteurs en mal d’informations obtiendront rapidement des réponses. Le groupe « Entr'auteurs » par exemple est très bien !

Donc voilà, Grimpez vers le top 100, c’est comme Capri, c’est fini ! (jeu de mots à deux balles !)
J’ai dépublié la version papier et la version numérique de ce livre.
Il n’est donc plus possible de le trouver
, sauf peut-être d’occasion.

Mais je vous rassure quand même, je vais continuer à publier des articles sur ce blog. 

Et... il faudra bien qu’un jour on vous parle de nos nouveaux projets. Mais pour le moment... je n’ai pas le droit !
Et c’est duuuuur !!

À bientôt pour de nouvelles aventures !
Jacqueline

PS
Et je vous rappelle que si ce livre n’est plus disponible, les romans de Jacques le sont toujours ! :)

samedi 29 août 2020

Déjà 13 000 lecteurs pour Le Testament de l'alchimiste

Bonjour à tous !

Voilà 5 mois que le Testament de l’alchimiste est disponible en versions numérique, audio et papier, et alors que nous venons de recevoir nos derniers relevés de ventes, nous avons le plaisir de vous annoncer que 13 000 lecteurs ont partagé les aventures de Nadia Barka.

Des aventures qui semblent être appréciées des lecteurs qui lui ont attribué une note globale de 4,6 sur 5 sur Amazon.

Un grand merci à tous nos lecteurs !!!

Comme vous le savez peut-être déjà, j’aime beaucoup les chiffres. Alors, analysons ensemble ces résultats.

Pour ce qui est des formats, c’est sans surprise que le numérique arrive loin en tête, avec 69 % des lecteurs : un prix réduit de 4,99 € (ou moins au moment du lancement ou pendant la promotion du mois de juillet), une majorité de lecteurs qui nous connaît via les plateformes numériques, à commencer par Amazon, puis, de plus en plus par Kobo. Sans parler du confinement ! Pour un livre paru début avril, en plein COVID, un téléchargement sur sa liseuse était facile et sans risque de contagion.

En numérique toujours, les emprunts « abonnement kindle », sont loin d’être négligeables : 21 % de lecteurs à ce jour. Le chiffre est sans doute un peu biaisé, car le titre n’a été disponible à l’emprunt que trois semaines après sa sortie. 

La version audio s’en sort bien, avec 7 % d'auditeurs. Sans doute un double effet : l’effet confinement bien sûr, mais également la conséquence du fait que le titre « Le Sceau des sorcières » avait été écouté par de nombreux auditeurs, qui ont sans doute voulu connaître la suite des aventures de Nadia... même si "le Testament de l'alchimiste" peut se découvrir sans avoir lu les précédentes aventures de Nadia Barka.

Le papier à la traîne, avec 3 % de lecteurs. Rien de vraiment surprenant puisqu’il n’est pas disponible dans les rayons des librairies, notre éditeur n’ayant pas souhaité le publier.
Pour les amateurs, sachez que ce titre peut être commandé en ligne ainsi que dans toutes les librairies. Il est également disponible sur Amazon.
Cela dit, en période de confinement, publié chez un éditeur ou pas, ce livre aurait eu du mal à trouver son public dans sa version papier.

Et comment se répartissent les ventes en numérique ? Une question qui intéressera sans doute de nombreux auteurs indépendants.

Sans surprise, là encore, c’est sur Amazon que se trouve la grande majorité de nos lecteurs soit 80 %. Un résultat un peu biaisé quand on sait que nous avons longtemps été en exclusivité sur ce site et que de nombreux lecteurs nous y ont découverts.

Kobo n’est cependant pas en reste, car si les ventes de Kobo représentent 18 % des ventes globales, ce pourcentage évolue dans le temps : 16 % en avril, 24 % en mai (avec une mise en avant du titre sur Kobo), 27 % en juin, 9 % en juillet (offre du mois sur Amazon), 22 % en août. Ce pourcentage va sans doute encore augmenter au fur et à mesure de la baisse des ventes sur Amazon.
Pour d’autres titres, on observe en effet qu’en l’absence de promotions sur l’une ou l’autre plateforme, le pourcentage de ventes sur Kobo est de l’ordre de 40 %. Une plateforme à ne pas négliger donc !

Apple suit de loin avec près de 2 % des ventes. Quant à Google et aux autres plateformes (Decitre, Cultura,...) les pourcentages sont de 0,3 % et 0,4 %. 

Enfin, un dernier mot sur la plateforme Librinova.

Nous sommes en effet passés par cette plateforme pour publier la version numérique de ce titre. "Pourquoi ?" demandez vous ! "Les Vandroux, vous n’êtes pas suffisamment aguerris pour vous débrouiller tous seuls ?"

Pour vous répondre, c’est très simple : pour deux raisons : une bonne et une mauvaise. 

La mauvaise d’abord : un petit coup de flemme !
C’est quand même plus facile d’avoir un seul interlocuteur pour publier votre livre sur toutes les plateformes, puis pour vous envoyer deux fois par an le fruit de vos ventes. On fournit un fichier Word, et c’est Librinova qui s’occupe du reste.
Moins de mise en forme et une comptabilité ultra simplifiée : cela m’allait très bien.

La bonne ensuite : nous n’avons pas d’éditeur pour ce livre, mais nous ne perdons pas espoir d’en trouver un. Et c’est là qu'intervient Librinova, dont les collaborateurs connaissent le monde éditorial bien mieux que nous. Alors, dénicheront-ils un éditeur ? Pas certain ! Mais au moins, avec eux, nous mettons les chances de notre côté.

Tous ces services ont bien sûr un coût, et si vous êtes intéressé, je vous laisse prendre connaissance de leur site. Sachez également que vous aurez comme interlocuteurs des personnes enthousiastes et motivées qui répondent rapidement à vos questions !


Voilà, voilà, je crois avoir fait le tour de la question.

On se retrouvera plus tard, car pour le moment, Jacques et moi avons du pain sur la planche ! Le manuscrit d’un roman à quatre mains à finaliser, et le plan du suivant à terminer !

Non, non, non ! Je ne vous dirai rien tout de suite, il faudra être patient.

De toute façon, personne n’aura lu ce post jusqu’au bout !

À bientôt

Jacqueline Vandroux

jeudi 4 juin 2020

Des lectures pour l'été ?



L’été approche à grands pas, le confinement est, croisons les doigts, derrière nous, il est temps de penser à nos lectures estivales.
Vos projets de congés ont peut-être été quelque peu chamboulés par les événements. Peut-être n’avez-vous pas pu partir, ou peut-être devez-vous revoir vos plans ? 
L’intérêt de la lecture, c’est que vous pouvez la pratiquer n’importe où : à la mer ou à la montagne, en France ou à l’étranger, chez vous ou sur un voilier pour un tour du monde en solitaire.

En ces temps incertains pour beaucoup de monde, et en particulier pour les auteurs (et pour toute la chaîne du livre d’ailleurs), n’hésitez pas à franchir la porte réelle ou virtuelle d’une librairie et à vous procurer leurs ouvrages.
Et du coup, comme chaque année, au cas où vous ne sauriez pas quoi choisir, je vais me permettre de vous faire part de mes lectures coups de cœur de ces douze derniers mois.

Alors, êtes-vous bien sûr d’avoir déjà lu tous les titres de Jacques ? Et en particulier son tout dernier Le Testament de l’alchimiste que vous réclamiez à corps et à cris ?
Non ? C’est le moment pour y remédier.
En plus, normalement, vous pouvez le commander partout, en librairie ou en ligne. 
D’après certains retours que nous avons eus, des lecteurs qui ont voulu le commander à la FNAC se sont vus répondre que ce titre était épuisé. Il en est de même sur le site de la FNAC, alors que le livre, justement, est imprimé à la demande, réduisant ainsi tout le gaspillage lié au passage au pilon.
Donc si vous voulez être sûr de trouver nos titres autoédités en version papier, vous pouvez les commander directement chez Bookelis ici : une société française, un imprimeur français, et des droits d’auteur plus élevés pour l’auteur puisqu’il n’y a pas d’intermédiaire à rétribuer (et bien sûr, vous les trouverez aussi sur le site du grand méchant Amazon.)

Vous avez lu tous les romans de Jacques ? 
C’est très bien ! 
Alors pour patienter un peu en attendant le prochain, voilà un échantillon de lectures qui m’ont beaucoup plu.
Bien sûr, vous n’aurez pas forcément les mêmes goûts que moi, et je dégage toute responsabilité si mes suggestions ne vous conviennent pas. (Oui, je sais, c’est facile !)
Vous êtes prêts ? C’est parti !
 
Le Cri de Nicolas Beuglet 
Dans la même veine que les livres de Jacques, mais en version audio. 
Pour la petite histoire, j’ai écouté ce livre en faisant du dénivelé dans notre cage d’escalier pour garder la forme pendant le confinement. 
Un livre passionnant et divertissant, sans temps morts. Plus vraiment crédible dans le dernier tiers pour ce qui concerne la facilité qu’ont les héros à se déplacer d’un bout à l’autre de la planète sans rendre de comptes à personne. Mais si on part du principe qu’il s’agit d’une fiction, on se laisse complètement prendre dans l’histoire. Le narrateur a su rendre l’histoire très vivante.  

Le Chaîne de Adrian McKinty
Un thriller très original, totalement addictif et palpitant qu’on ne lâche pas avant de l’avoir terminé.
Un gros coup de cœur.
L’intrigue est totalement originale, puisque, par cette chaîne, ce n’est pas le classique serial killer qui agit, mais monsieur et madame tout le monde qui se voient contraints de passer de l’autre côté de la ligne pour éviter qu’il arrive malheur à leurs proches.

Un livre top !
Une idée de cadeau pour la fête des pères... ou des mères ?





Lettres de Washington Square de Anne Icart 
Une histoire très émouvante sur fond historique américain, entre dépression et guerre mondiale, et sur fond d’intégration réussie dans ce pays où tous les espoirs étaient permis. 
Une écriture simple et belle, de beaux sentiments. Âmes sensibles prévoyez les mouchoirs.











Confinement pendant la grande Peste !
Un roman médiéval que j’ai trouvé très réussi. 
Une femme noble progressiste combat l’obscurantisme religieux. Elle fait appliquer une stricte quarantaine à ses villageois pour éviter que la peste s’abatte sur la population. 
Pour les nostalgiques du confinement :)



Un livre d’ambiance plutôt que d’action : ambiance étouffante du désert australien, une action qui se déroule lentement, des secrets de famille bien enfouis, un éloignement tel de la civilisation qu’il est difficile de se confier, une famille en huis clos malgré les grands espaces... et toujours cette chaleur et cette poussière que l’on sent à chaque page.
Une fiction à l’allure de documentaire. Dans un récit à l’engrenage implacable, l’auteur nous décrit les rouages de la radicalisation de jeunes à Lourdes et de la mise en place d’attentats djihadistes.
Des policiers bien campés, très humains, et très désabusés.
Un constat pas très optimiste sur notre société.








 

BIGOUDIS & PETITES ENQUÊTES : Panique à l’hypermarché  de Naëlle Charles
Et, pour finir, une sympathique découverte qui m’a permis de passer un bon moment de détente.
Une héroïne sympathique, pas mal d’humour, une plume alerte et un style agréable à lire.











 
Et voilà !
Bon, j’en ai lu plein d’autres, mais ceux-là étaient mes préférés. J’espère que vous vous laisserez tenter par l’un ou l’autre d’entre eux.
Si c’est le cas aussi pour vous, n’hésitez pas à me le faire savoir. 

Un bel été à tous et à bientôt pour de nouvelles aventures !
Jacqueline Vandroux

samedi 4 avril 2020

Le Testament de l'alchimiste : une nouvelle aventure de Nadia

Et si la science alchimique n’était pas une histoire de charlatans ?
Quand le capitaine de la PJ grenobloise Nadia Barka est invitée à Rome comme légataire d’un vieil aristocrate, elle ne sait pas qu’elle héritera d’un sublime cadeau empoisonné. L’or va de nouveau déchaîner les passions. La Toscane et Botticelli, le Mont-Saint-Michel et sa mythique abbaye, Paris et son âme moyenâgeuse, le Dauphiné et ses montagnes… autant d’occasions d’affrontements entre un flic à l’âme de justicier et un tueur insaisissable qui sème la mort avec délectation. Mais finalement, sont-ils si différents ?

UN AUTEUR PLÉBISCITÉ PAR LES LECTEURS AVEC DÉJÀ UN DEMI-MILLION D’EXEMPLAIRES VENDUS DANS LE MONDE


Disponible
En ebook : sur toutes les plateformes numériques à partir du 4 avril
En audio : sur audible et Itunes à partir du 6 avril
En papier : à la commande sur Amazon et Bookelis, et, lorsque la situation du Coronavirus le permettra, sur les divers sites de vente, ainsi que sur commande dans toutes les librairies

Ce qu’en ont pensé les premiers lecteurs :
Nicolas : « Je suis conquis. Quel travail une fois de plus ! Je l’ai dévoré en moins d’une semaine avec pourtant un emploi du temps bien chargé. »

Chantal : « C’est passionnant ! Et je peux le dire : “Le testament de l’alchimiste” est désormais mon “Vandroux” préféré ! »

Sophie : « J’ai savouré la lecture, comme toujours ! En tous les cas, le rythme du livre est entraînant et l’intrigue très bien construite. Les aspects fantastiques sont présents juste ce qu’il faut à mon sens. Une vraie réussite. »

Fred : « Petit à petit, je me suis laissé entraîner dans l’aventure. J’ai beaucoup aimé retrouver Nadia, qui est un super personnage. Son handicap au début est un plus, tu arrives bien à nous faire ressentir ses difficultés, elle en est touchante, on a envie de l’aider. »

Véronique : « J’ai beaucoup apprécié ce nouveau roman. J’aime bien le principe de retrouver les personnages des romans précédents, de voir évoluer leur vie. »

Catherine : « Tous les ingrédients du roman policier s’y trouvent, on ne s’ennuie pas et le rythme nous tient en haleine. Le thème des alchimistes est passionnant. »

Bernadette : « Ce fut une lecture très agréable et palpitante. Toujours autant de références historiques, géographiques, scientifiques, etc… quelle érudition, quelle mémoire et quel boulot de recherches !!! »

Guillaume : « Bravo c'est excellent !. »

Si vous avez aimé cette histoire et les aventures de Nadia Barka, vous pouvez la retrouver dans sa première enquête dans Au Cœur du Solstice (Robert Laffont 2018, Pocket 2019) puis dans Le Sceau des sorcières (Robert Laffont 2017).

Chroniques de blogueurs

04/04/2020 Une chronique de PassionLectureAnnick
 



dimanche 12 janvier 2020

500 000 lecteurs !! Quelques chiffres.


Un article avec plein de chiffres comme je les aime !! Ça faisait longtemps !

Et si aujourd'hui, j'ai le plaisir de vous en proposer un, c'est parce que nous venons de franchir la barre des 500 000 lecteurs ! Un demi-million !

Qui aurait cru cela en ce mois de février 2012, lorsque nous avons, pour la première fois, proposé nos livres aux lecteurs, dans un format loin d'être parfait à l'époque ? Certainement pas nous.

J'en profite donc pour analyser ces chiffres avec vous, et voir comment sont répartis ces lecteurs, suivant les différentes langues, les différents formats et les types d'édition.

Petit bémol, pour l'année 2019, nous ne connaissons pas encore les chiffres exacts de ventes pour les livres papier édités. Je me suis donc basée sur les chiffres donnés par edistat pour les versions papier, ces chiffres étant assez proches des ventes réelles pour 2017 et 2018.

Alors, sachant cela, c'est parti pour les chiffres...

Livres en français vs titres traduits.
Comme vous le savez peut-être Au Cœur du Solstice a été traduit en anglais et en allemand par Amazon Publishing et a bénéficié d'un beau lancement sur la plateforme américaine. Quant à Projet Anastasis, il a été traduit en anglais.
Il s'agit là de vrais contrats d'édition, même si on parle d'Amazon.
Et donc, parmi nos lecteurs, nous avons :
47% de lecteurs anglophones (surtout) ou germanophones
53% de lecteurs francophones.

Ne gardons que les livres en français pour la suite, pour comparer ce qui est comparable.

Audio, Papier et Ebooks
Sur les titres en français, 
89,3% de lecteurs d'ebooks
9.5% de lecteurs de format papier
1.2% de lecteurs au format audio, un format qui a encore du mal à s'imposer.

Format papier
17% autoédition
83% édition classique

Format numérique 
85% autoédition 
15% édition classique


Autoédition vs Edition
78% de lecteurs en autoédition (depuis 2012)
22% de lecteurs en édition classique (depuis 2017)

Autoédition
97% de lecteurs d'ebooks
2% de lecteurs de format papier
1% d'auditeurs

Édition
62% de lecteurs d'ebooks (dommage que ce format n'ait pas les mêmes titres de noblesse que le papier)
36% de lecteurs de format papier
2% d'auditeurs


Et voilà !
Vous avez là de quoi alimenter quelques réflexions.
Profitez-en bien, car je pense que pour nous, le million, ce ne sera pas pour tout de suite.

A bientôt pour la suite de nos aventures.
Jacqueline Vandroux